Le Tour des Annapurnas

Trek des Annapurnas

La préparation...

Et oui un trek ça se prépare un minimum.. enfin en théorie! Parce que pour ma part le plus dur dans la préparation aura été le choix du trek. Le Népal propose une panoplie de treks et il n'est pas évident de choisir lequel faire.. Initialement je pensais faire le trek qui mène au camp de base de l'Everest, parce que bon ça claque quand même! Mais il parait que l'on fait la montée et la descente sur le même chemin et du coup je ne trouvais pas ça super tip top.. Et donc après moultes réflexions et surtout parce que je partais le lendemain matin, j'ai décidé d'aller faire le grand classique des treks népalais : Le Tour des Annapurnas.

Le trek du Tour des Annapurnas est peut être le plus touristique des treks, et du coup il est relativement accessible à monsieur tout le monde.. Parfait pour moi qui décide de partir seule à l'ascension du fameux Thorung La Pass, sans guide, sans porteur, sans carte, sans pastilles pour purifier l'eau et sans avoir fait mon permis pour le trek.. Easy! Mais j'ai tout de même pensé à louer un sac de couchage et j'ai fait envoyer mon gros sac dans la ville où je logerai après le trek..

Jour 1 - Le trajet en Bus

Parce que je vous assure qu'une journée en bus est bien plus sportive qu'une journée en trek, je compte cette journée de transport dans mes journées de trek!  Les routes sont dans un état catastrophique, la Belgique à côté c'est de la rigolade! La règle d'or au Népal est que c'est celui qui klaxonne le plus fort et le plus longtemps qui passe! Les bus doublent les camions qui doublent les tracteurs qui doublent les motos et tout cela sans regarder si quelqu'un vient en face!! Le mieux est finalement de ne pas regarder la route et d'espérer arriver entier!

Bref nous voilà partis pour Besi Sahar ville de départ pour la grande boucle. Dans le bus je rencontre un duo d'israéliens super sympas qui me propose de les accompagner un peu dans leur trek. Faut avouer que cela m'arrangeait bien.. et  en plus je me marrais bien et faisais de super progrès en anglais avec eux! Après 7h de bousculades nous voilà enfin arrivés! Il m'a fallu un peu de temps pour comprendre où devais-je me rendre pour faire les quelques démarches administratives afin d'obtenir mon permis de trek et mon TIMS, documents indispensable au trek. Une fois tout ceci réglé, je me dis ok c'est bon pour aujourd'hui, mais c'était sans compter sur mes acolytes israéliens qui nous avaient déjà reservé une jeep pour se rendre à Syange, point de départ de notre trek.  C'est donc reparti pour  3-4h d'auto-tamponneuse serrés à 8 dans une jeep, l'enfer.

Une fois arrivée, débarbouillage à l'eau tiédasse, un bon petit plat népalais à base de pâtes et de légumes puis hop au dodo pour être en forme le lendemain!

Jour 2 - De Syange à Tal

Ca y est le trek commence vraiment!!!! Mes amis israéliens me proposent de les suivre avec leur guide pour cette première journée.

Je suis hyper excitée et j'ai hâte de voir les paysages qui nous attendent. Seulement je suis un peu déçue car je trouve que nous n'avançons pas très vite et le guide préfère nous faire suivre la route plutôt que le chemin de trek.. Je pense que nous avons peut-être manqué un ou deux points de vue mais le chemin était du coup plus facile.

Il nous aura fallu 6h pour arriver à Tal (1700m d'altitude) qui est un petit village en bord de rivière plutôt mignon. Nous sommes arrivés vers 14h et ma foi une fois installés et douchés, il n'y a pas grand chose à faire.. mais heureusement pour nous, jeune génération accro au net, il y a le wifi! Puis nous rencontrons aussi les autres trekkeurs de l'hôtel et avons fini par jouer tous ensemble aux cartes pendant des heures. Ce sont mes amis israëliens qui nous ont appris un jeu, le Kabu (aucune idée de l'orthographe), et je les ai tous plumés!! :D

Plus tard dans la soirée, j'apprendrai qu'Amet (une de mes partenaires israélien) est blessée au genou et que du coup mes compagnons de voyage feront demi tour le lendemain.

Jour 3 - De Tal à Koto (2 600m)

Bon me voilà seule, abandonnée de mes premiers amis, pour continuer mon trek.. Aujourd’hui est une longue étape, le guide m’a dit la veille qu’il était impossible de faire en une journée le trajet que je souhaitais faire, mais le lonely planet semble dire le contraire. Je verrai bien en cours de route, si je suis trop fatiguée je m’arrêterai plus tôt.. Il faut savoir que sur le circuit des Annapurnas il y a des villages toutes les heures ou toutes les 2h, avec presque à chaque fois la possibilité de dormir.

Au moment de quitter la guest house, je tombe sur Gaston, rencontré la veille, également prêt à partir. Nous décidons de faire la route ensemble. Et finalement nous n’allons plus nous quitter jusqu’à la fin du trek.

Gaston est un argentin de 32 ans, ça fait un an et demi qu’il a quitté son pays. Il a d’abord été vivre un an en Australie et maintenant il vit en Inde où il suit des cours afin de devenir prof de yoga. Tout un programme ! Il compte en suite s’installer à Koh Tao en Thaïlande pour y enseigner le yoga.

Nous voilà donc partis tous les deux à travers la forêt pour rejoindre initialement Chame. Le rythme est bien plus soutenu que la veille mais je me sens bien, j’adore la randonnée. Cette fois-ci nous suivons les balises du trek et parfois ça grimpe quand même fort.. Nous faisons une pause à midi en terrasse avec une superbe vue avant de reprendre la route.. La nuit commence à tomber lorsque nous arrivons à Koto et décidons de nous arrêter là et de ne pas prendre le risque de finir la rando à la lampe frontale. Nous avons quand même marché 8h30.. Nous sommes crevés, juste le temps de prendre une petite douche et hop on se met au coin du feu en attendant notre diner. Il commence à faire vraiment de plus en plus froid mais heureusement nous sommes les seuls dans la guesthouse et le feu est donc tout à nous !!! 

Gaston

Jour 4 - De Koto à Upper Pisang (3 200m)

Petite journée tranquille. 5h de marche dans des sentiers agréables. Toujours en compagnie de Gaston, nous marchons à notre rythme et faisons une pause en pleine forêt pour boire un petit masala tea et grignoter quelques samossas. Un délice ! Nous voilà arrivés à l’hôtel à 13h ce qui nous laisse de quoi se reposer un peu et admirer la superbe vue ! Il commence toutefois à cailler sévère même avec le soleil.. J’ai un peu la trouille pour la suite car je n’ai pas un milliard d’affaires et je crains de me transformer en glaçon lorsque nous serons au sommet. D’ailleurs tous les népalais nous souhaitent bonne chance pour la suite, bizarrement ça ne me rassure pas du tout. Je prends tout doucement conscience que finalement ce n’est peut-être pas si facile que ça le tour des Annapurnas et que le col il est quand même vachement haut ! Bon maintenant que j’y suis va bien falloir y aller..  

Jour 5 - De Upper Pisang à Manang (3 540m)

Longue journée aujourd’hui. Mon corps tout entier me crie qu’il me déteste et que j’ai vraiment eu un idée à la con.. J’ai mal aux jambes et les montées sont raides.. Ok la vue en vaut clairement la peine et il parait qu’il est bon pour l’acclimatation d’aller à ce petit sommet de Ngawal (3660m) mais purée il est haut !! On a croisé des personnes qui faisaient déjà demi tour car elles se sentaient mal, ça fout la trouille pour la suite.  Mise à part ça, la nature change, de moins en moins d’arbres et de plus plus en plus un décor désertique plein de poussière.

Enfin arrivés à Manang, le gros village de la région où il est possible de trouver du chocolat et autres gougouilles qui font du bien au moral !! Mais surtout la bonne nouvelle c’est qu’il s’agit du lieu clé de l’acclimatation à l’altitude et que donc demain c’est REPOS !! Et j’en suis ravie de ce petit repos car là j’ai mal partout, j’ai froid et je me demande comment je vais faire pour grimper encore 2000m d’altitude en plus..

Jour 6 - Manang

Trop bien de faire la grasse matinée !!! Enfin on s’entend sur grasse mat’, je suis au Népal, j’ai chopé le rythme népalais, je me couche d’ordinaire à 21h et debout 6h30 mais là j’ai dormi jusque 8h !!!

Après un bon petit dèj, et avoir bien pris le temps, nous décidons avec mon compère Gaston d’aller faire une petite promenade histoire de nous occuper un peu.. Direction un point de vue à 1h30 de marche et dont l’altitude est plus importante que celle de Manang, parfait pour l’acclimatation. L’ascension est un peu raide mais la vue est géniale ! D’un côté nous avons vue sur un lac et de l’autre sur toute une vallée.. C’est quand même beau la montagne ! En haut de notre point de vue, il y a un petit café (en réalité il y a de quoi boire du café ou du thé à peu près partout ici !) et nous nous sommes posés pour boire un petit lemon tea et savourer le moment présent.

Puis retour sur Manang où un super programme nous attend : nous avons décidé d’aller au cinéma !!! Non vous ne rêvez pas, perdue en plein circuit de trek, se trouve une mini salle de cinéma. Elle est microscopique, avec ses petits bancs en bois recouverts de peau de bête. Au programme ce soir 7 ans au Tibet et pendant le film on vous sert thé et pop corn. C’est juste terrible !! Alors ok, ça casse un peu le mythe du trek authentique, en pleine nature, coupé du monde, mais ça fait un bien fou de voir Brad Pitt sur un grand écran !

Manang
point de vue
Dsc 0486 jpgbis

Jour 7 - De Manang à Yak Kharka (4 020m)

Journée microscopique, à peine 3h de marche. Le repos m’a fait du bien et j’avance d’un pas énergique que le cher Gaston a un peu de mal à suivre. Nous ne pouvons pas aller plus loin car il est conseillé de faire des étapes de 600 m d’altitude à présent, de plus Gaston n’est pas en top forme.

Du coup la journée est longue à ne rien faire.. Je sieste, je bouquine et je papote tant bien que mal avec les gens. Le soir de nouveau grande partie de cartes. Merci Navina de me les avoir données !!

Jour 8 - De Yak Kharka à Thorung Phedi (4 540m)

Aujourd’hui c’est moi qui rame.. Purée chaque pas devient difficile et je suis essoufflée au moindre geste. C’est encore une petite journée de marche mais je ne me sens pas bien je tousse, j’ai mal à la tête. Difficile de savoir si j’ai attrapé froid ou si c’est le mal des montagnes. On nous rabâche tellement les oreilles avec cela que tout le monde en a la trouille et du coup écoute beaucoup son corps. Une fois arrivée ça ne va pas mieux, j’ai un poids sur les poumons et suis dyspnéique au moindre effort.. J’ai vraiment peur pour demain car ce sera le grand jour, l’épreuve tant redoutée et je suis loin d’être au meilleure de ma forme.

Le soir nous rencontrons Solène et Maxime, un petit couple de français avec qui nous décidons de passer ensemble le col. Départ prévu à 6h30 afin d’éviter d’avoir trop de vent..

Jour 9 - De Thorung Phedi à Thorung La (5 416m) à Muktinath (3 800m)

Youhou nous voilà enfin au grand jour !!! Celui que l’on redoute et que l’on attend désespérément. Je me réveille dans le même état que la veille, c’est-à-dire pas en forme du tout.. Mais pas le choix on y est alors hop en route !! C’est parti pour 3h de douleur, horrible je n’ai jamais eu si difficile de marcher, de respirer de toute ma vie. Et pour le vent il est déjà levé lors de notre départ. Je subis vraiment cette ascension, les autres sont tous devant mais il m’est impossible de suivre leur rythme. J’y vais doucement en faisant des pauses toutes les 10 minutes pour tenter de retrouver un semblant de souffle, j’ai froid mais vraiment vraiment froid. Je suis à deux doigts de faire demi tour lorsque j’entends un gars dire à sa femme « aller il ne reste plus qu’1 km ». La phrase salvatrice, qui remotive et qui te dit « putain tu n’as pas marché pendant 8 jours pour faire demi tour à 1 km du col ! » Mais alors là, il s’agit du kilomètre le plus long de toute la Terre ! Et tu en fais des zigzags, des petites montées en pensant que c’est la dernière avant de voir qu’il y en a encore une juste après..

Et puis là, soudain quand tu n’y crois plus, tu les vois enfin ces foutus drapeaux flotter dans le ciel.. Ces drapeaux mêmes qui te disent que tu es au sommet, que tu es à 5 416m d’altitude, que tu passes l’un des plus hauts cols du monde..  Alors là ben tu craques, tu pleures, parce que ben tu n’en peux plus, ton corps souffre, ton esprit souffre mais putain tu l’as fait !!!! Et d’un seul coup tu as plein d’énergie pour aller faire des photos et des vidéos à la con !

Après une petite pause avec un petit thé.. Et oui même là-haut ils nous préparent du thé ! Nous revoilà tous les 4 repartis, toujours dans le vent glacial, et maintenant ça descend à pic. Nous sommes crevés, chaque pas est difficile, ça glisse beaucoup, nous avons froid et surtout l’objectif a été atteint du coup dur dur de se motiver.. De ce côté-ci il y a moins de villages et il nous faut encore marcher 3-4h avant d’enfin arriver à Maktinath et pouvoir se reposer de cette dure journée. Une fois passé en dessous de la barre des 4 000 m mon souffle va mieux, je pense que l’altitude ce n’est pas trop fait pour moi.. Le soir nous n’avons pas fait long feu et sommes tous aller nous coucher très tôt.

Thorung La Pass
Thorung La Pass
Thorung La Pass

Jour 10 - De Muktinath à Jomson

Des descentes qui cachent des montées, un manque certain de motivation, une fatigue et un début de lassitude  qui font que je trouve cette journée interminable. Heureusement la vue est magnifique, et manger dans un boui-boui dans un petit village qui semble mort, reste un moment magique pour moi. Nous avons une fois de plus emprunté le chemin de trek plutôt que la route, bon il faut avouer que c’est un peu par erreur car on se serait bien facilité la fin du trek.. Cependant la fin du chemin rejoint la route, et cette route est juste interminable. Tu te crois perdu en plein désert et tu te demandes où se trouve cette fichue ville de Jomson ! Ville d’ailleurs pas très agréable et horriblement chère !

A Jomson nous rencontrons Nadia et Franck, un autre couple de français, qui s’avèrent être mes sauveurs durant l’ascension de Thorung La Pass ! Nous décidons de chercher ensemble notre logement du soir et je prendrai avec eux, le bus le lendemain direction Pokhara, car c’est bon je m’arrête là dans le trek, le corps et l’esprit sont trop fatigués pour continuer.

Ps: Merci à mon super correcteur de la mort qui tue!! Désolée pour toutes les fautes, j'ai un peu galéré pour publier cet article alors je n'ai pas eu le courage de me relire après.. J'espère que c'est un peu mieux ainsi.. ;)

Commentaires

  • Quitin dominique
    • 1. Quitin dominique Le 24/12/2016
    Chapeau ‼‼‼ c'est magnifique et te lire est vraiment plaisant ‼ bon courage
  • Paola
    • 2. Paola Le 24/12/2016
    Pfff ! Super comme dépassement de toi .... bravo ! En solidarité avec toi je monterai les bios de 5h à pied jusqu'au 5eme étage....
  • Franck
    • 3. Franck Le 17/12/2016
    Plus qu'un kilomètre!!! Très bon ça! Il était long à fond celui-là.
  • lemaire audrey
    • 4. lemaire audrey Le 07/12/2016
    Waouhhh quelle aventure. En te lisant j avais mal aux jambes... Mais l arrivée
  • Ruth
    • 5. Ruth Le 06/12/2016
    Oooooh Sandra. C´est magnifique de lire tes expériences. J´adore!! Ce trek est aussi sur ma liste à faire :)
    J espère que tu vas bien.
    Profite à fond!
    Gros Bisous

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×